Écrire un roman: mes outils indispensables

Que me faut-il absolument pour écrire? Il n’y a pas très longtemps, j’aurais tout de suite répondu «du café». Mais je ne bois plus de café. Alors, du thé. Beaucoup de thé. On n’échappe pas si facilement au cliché de l’écrivain «boosté» à la caféine!

Blague à part, j’ai quelques petits incontournables que je vous présente à l’instant, sans vous emmerder avec une introduction interminable.

Dernière mise à jour: 27 avril 2017

Scrivener pour écrire le brouillon et les révisions

Premièrement, le logiciel de traitement de texte. Une liste d’outils pour écrire ne serait pas complète sans cela! En quoi se démarque-t-il de Word et autres logiciels plus couramment utilisés? Scrivener a été conçu pour les écrivains. Il est donc riches en fonctionnalités pensées pour nous rendre la vie plus facile à toutes les étapes de l’écriture, que ce soit la planification, le brouillon, les révisions ou la mise en page.

Je l’utilise depuis cet été et, je dois l’admettre, je n’ai pas eu le temps de tout explorer. Entre autres choses, Scrivener met à notre disposition:

  • Un tableau en liège où placer et déplacer des fiches virtuelles (parfait pour planifier les scènes d’une histoire sans trop de soucier de l’ordre dans lesquelles elles apparaissent)
  • La possibilité de partager l’écran en deux (j’aime utiliser cette fonction pour vérifier mes notes sans quitter mon brouillon)
  • Le mode plein écran (pour se concentrer sur la rédaction sans distraction)
  • L’exportation en format epub, mobi, pdf, et cetera

5 indispensables pour écrire

Ce n’est pas que pour écrire un roman, non plus! Personnellement, j’y rassemble mes idées d’articles pour le blog. On peut aussi s’en servir pour rédiger un scénario, une dissertation, ou encore traduire un texte.

Avant de vous présenter les prix, je dois vous assurer que je ne suis en aucun cas compensée pour vous parler de Scrivener. Litterature & Latte (la compagnie derrière le logiciel) ne m’a pas envoyé d’argent et je ne recevrai rien si vous l’achetez.

Bon, maintenant que c’est réglé, les prix:

  • Sur Windows: 58,45$CAD (41,05€)
  • Sur Mac: 65,73$ (46,18€)

Avant d’acheter Scrivener

C’est abordable quand on considère tout ce que Scrivener fait, mais ça ne signifie pas que c’est le bon choix pour vous. J’ai longtemps hésité à l’acheter. Et si je n’aimais pas le logiciel autant que les autres blogueurs me l’ont promis? Une soixantaine de dollars, c’est beaucoup quand on a un budget limité. Finalement, c’est la période d’essai qui m’a convaincue.

La période d’essai dure 30 jours d’utilisation. Si votre emploi du temps est chargé au point où vous n’avez que deux jours par semaine à consacrer à l’écriture, la période d’essai durera 15 semaines et non pas seulement un mois. Au bout de ces 30 jours, vous saurez si Scrivener convient à vos besoins ou si vous devriez plutôt garder votre argent.

Pour installer le logiciel et profiter de l’essai gratuit, c’est ici.

Pour acheter le logiciel, c’est ici.

Un cahier et un stylo pour écrire tout ce qui me passe par la tête

Scrivener a beau tout faire, je préfère noter mes idées à la main, surtout au tout début. J’ignore pourquoi. C’est comme si écrire sur du papier me rendait plus créative. Devant l’écran, je bloque. Je ne sais jamais par où commencer. J’ai besoin de prendre un stylo dans mes mains pour ancrer mon imaginaire dans la réalité. (De l’encre pour faire une ancre… On dirait la poésie que j’écrivais à l’âge de 12 ans.)

J’utilise des cahiers bon marché, question de ne pas avoir honte de gaspiller les pages d’un cahier de haute qualité avec des idées qui ne serviront peut-être jamais, et un stylo à pointe feutre comme le Staedtler Triplus Fineliner ou le Sharpie Pen.

Des petites fiches pour écrire les idées de scènes

Oui, je sais. Il y a déjà des fiches sur Scrivener, celles qu’on peut déplacer à notre guise sur le tableau de liège. Mais comme j’ai dit dans le paragraphe précédent, je crois au pouvoir de l’écriture à la main.

Autre avantage d’écrire mes idées de scènes sur des fiches en carton: en cas de panne d’électricité ou si mon conjoint décide de monopoliser l’ordinateur, je peux continuer à travailler sur ma planification.

Des ressources pour nommer mes personnages

Non seulement les noms de mes personnages ne me viennent pas toujours naturellement, je suis aussi soucieuse de m’assurer qu’ils sont crédibles. Pas question de répéter l’erreur des auteurs de la série télé Mad Men! On y retrouve Megan, une Québécoise née à Montréal au début des années 40. Vous vous demandez pourquoi c’est une erreur? Le prénom Mégane est apparu au Québec à la toute fin des années 80. Même aux États-Unis, il n’y avait pas de Megan en 1940. Difficile d’y croire quand on sait cela!

J’ai donc une liste de sites web pour m’inspirer ou m’assurer que le nom trouvé n’est pas un anachronisme.

Les prénoms

MeilleursPrénoms.com — Pour les prénoms français. Le site web donne l’étymologie et la fréquence d’attribution (en France) pour chaque prénom.

Suite à la disparition de mon site web préféré pour les prénoms au Québec, je cherche encore une ressource similaire. J’ai trouvé ce tableau qui commence en 1980 et c’est tout…

Behind the Name — Utile lorsqu’on cherche un prénom d’une origine spécifique, ou pour découvrir les variantes d’un prénom dans d’autres langues.

Baby Name Wizard — Une ressource que j’utilise de moins en moins. Ce n’est pas parce qu’elle est inutile. J’ai simplement tendance à y perdre mon temps.

Nymbler — Vous entrez jusqu’à 6 prénoms et le site s’inspire de vos choix pour vous en proposer d’autres.

 Les noms de famille

Behind the Name: Surnames — Même principe que Behind the Name, mais pour les noms de famille.

Wikipedia a une liste des 1000 noms de famille les plus courants au Québec, et une liste des 200 noms de famille les plus courants en France.

À lire aussi sur le blog: mes trucs pour nommer un personnage.

Pinterest pour s’inspirer

Finalement, le réseau social sur lequel je passe le plus de temps: Pinterest. Il n’y a pas que des recettes de gâteau là-dessus! Je suis plusieurs tableaux de conseils d’écriture, de citations motivantes et d’idées d’histoire. Est-ce qu’il m’arrive parfois d’y passer trop de temps et de m’en servir pour procrastiner? Tout à fait. Mais qui n’a jamais regardé une photo de chat de trop me lance la première pierre.

D’ailleurs, n’hésitez pas à me suivre là-bas!

sep

Quels sont vos essentiels pour écrire?

Spread the love
  • 1.6K
    Partages

Leave a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

  1. Merci pour cet article ! J’ai beaucoup aimé Scrivener une année et puis je me suis rendu compte que je n’étais pas assez organisée pour profiter à fond de son utilisation. (Je l’avais testé pendant le NaNoWriMo)
    Maintenant je planifie sur papier ou avec le logiciel OneNote (moins spécialisé écriture mais très pratique quand même !), et j’écris sur Word !

    1. Je ne suis pas non plus très organisée! En fait, je ne le suis pas du tout… Ce qui me plaît avec Scrivener, c’est que je peux écrire mes scènes dans le désordre et les réarranger facilement par la suite.

      Merci pour ton commentaire!