Recevez les nouveaux articles dans vos courriels!
Abonnez-vous
Écrire un roman: des stratégies pour NaNoWriMo

Écrire un roman: des stratégies pour NaNoWriMo

Écrire un roman: des stratégies pour NaNoWriMo

L‘auteur E.L. Doctorow a comparé l’écriture à la conduite de nuit dans le brouillard: on ne voit pas plus loin que les phares de la voiture, mais on peut faire tout le trajet comme ça. C’est ainsi que j’ai procédé pour le NaNoWriMo de 2012 et le Camp NaNoWriMo de juillet 2016. Je comprends maintenant que si cet état d’esprit me correspond en temps normal, j’ai besoin de voir un tout petit peu plus loin et d’activer le GPS, sinon je finis dans le champ.

Aujourd’hui, je partage avec vous les stratégies que je mettrai en place le mois prochain. J’aimerais bien que vous me dîtes, en commentaires, quelles sont vos stratégies!

Stratégies NaNo twitter

Utiliser une « vieille » idée

Les puristes vous diront qu’on doit écrire les premiers mots d’une toute nouvelle histoire le 1er novembre. Mais, comme je vous le racontais dans mon dernier article, j’ai choisi de retravailler sur un concept qui m’a suivie toute l’année.

Le principal avantage: je sais déjà que mon intérêt pour cette histoire n’est pas temporaire. Je sais qu’Henriette, Émile et Rafaela n’ont pas l’intention de me lâcher. Je sais aussi que la phrase précédente me fait paraître un peu folle.

C’est un avantage, parce que je ne compte plus les fois où j’ai écrit quelques chapitres d’un projet quelconque avant de constater qu’en fait, je me fiche éperdument de ces personnages et de ce qui peut leur arriver.

Cela étant dit, je vois un désavantage dans ma décision de ne pas démarrer un nouveau projet. Un seul, mais un gros. Vous savez l’excitation qu’on ressent au début d’un projet? Quand ça sent le neuf? Eh bien, ce moment est passé pour cette histoire-ci.

Tant pis. Ce que je veux, cette année, c’est me rapprocher du mot fin. NaNoWriMo n’est qu’un prétexte pour avancer plus rapidement.

Vous pourriez adopter cette stratégie si:

  • vous ne savez pas quoi écrire en novembre;
  • vous faites traîner une histoire depuis des lustres;
  • ou encore, ça fait un bon moment que vous commencez à écrire des romans sans les finir et vous vous dîtes que ça devrait changer.

Dresser une liste de scènes à écrire

J’ai toujours détesté écrire un plan.

Comment planifier une histoire que je ne connais pas encore? C’est en écrivant que je découvre ce que je veux raconter.

Alors, vous voyez, ressortir Henriette du tiroir a un autre avantage!

Je suis donc en train de faire un plan. Scène par scène. C’est la première fois que je procède ainsi. J’ai l’intention de me donner comme objectif quotidien d’écrire une scène plutôt que de (trop) m’embêter avec le nombre de mots. Ainsi, j’espère que ce brouillon aura un peu plus de profondeur que mes manuscrits des précédents NaNoWriMo, écrits à la hâte avec seul objectif de faire apparaître des mots sur mon écran.

Êtes-vous fan des plans ou préférez-vous explorer une histoire avant de la structurer?

Planifier les détails sensoriels

En parallèle de mon plan par scène, je prends des notes sur les cinq sens.

Je le fais principalement parce que c’est une des faiblesses de mon écriture. Étant distraite, je ne suis pas toujours consciente de ce que je ressens physiquement et ça se transpose chez mes narrateurs. Résultat? Mes brouillons manquent de relief.

Ça pose un problème particulier avec ce manuscrit: mon personnage principal est du genre à remarquer le moindre détail. Ce serait incohérent de l’asseoir sur un sofa pendant toute une scène sans que son monologue interne ne souligne la douceur des couvertures dans lesquelles on l’a emmitouflée, les craquements des bûches qui brûlent dans le poêle à bois ou l’haleine avinée de ces inconnus qui lui ont sauvé la vie.

Quelle est votre plus grande faiblesse d’écriture? Que pourriez-vous faire pour vous aider durant NaNoWriMo?

Diviser l’objectif quotidien

Cette stratégie est idéale pour:

  • les parents;
  • ceux qui ont un emploi du temps chargé;
  • ceux qui ont un déficit de l’attention;
  • ces journées, au milieu du mois, où l’on a perdu sa motivation.

Au lieu de vous dire: aujourd’hui, j’écris 1667 mots, vous vous dîtes plutôt: là, tout de suite, j’écris 100 mots. 100 mots de rien du tout! Puis, un peu plus tard, vous revenez pour écrire 150 mots, 200 mots, ou seulement 50.

J’ai «volé» cette idée sur le forum de NaNoWriMo. Là-bas, on appelle ça un word crawl. J’ai l’intention de faire celui-ci: A Crawl for the Motivationally Challenged. Je ne le compléterai pas tous les jours parce que son total est de plus de 3000 mots. C’est presque le double de l’objectif moyen pour «réussir» le NaNoWriMo!

Je l’ai testé un soir où je n’avais pas envie d’écrire, où je me disais que j’étais incapable de placer plus que trois phrases. Et vous savez ce qui s’est passé? J’ai péniblement avancé de minuscule objectif en minuscule objectif jusqu’à 200 mots, puis j’en ai écrit 250 de plus sans vraiment le réaliser. Tout ça en 30 minutes, à côté de mon fils qui me demandait sans cesse de l’aider à faire des serpents de pâte à modeler.

Bref, j’ajoute les word crawls à mes outils essentiels pour écrire!

Surtout, ne pas trop me mettre de la pression

D’expérience, je sais que le NaNoWriMo peut facilement se transformer en torture. Quand on perd de vue pourquoi on écrit au-delà de l’objectif numérique, quand on devient obsédé par les statistiques, il n’y a plus de plaisir.

Je vais participer au NaNoWriMo parce que j’aime mon histoire, j’aime mes personnages et je veux me donner un petit supplément de motivation pour écrire mon roman. C’est ce que je vais devoir me répéter quand ça ira moins bien.

La torture peut aussi venir du sentiment que ce qu’on écrit est nul. Notre intrigue est nulle (et pleine d’incohérences), notre narrateur est nul, nos dialogues sont nuls, notre vocabulaire… répétitif.

NaNoWriMo et perfectionnisme forment la pire équipe qui soit. En fait, le perfectionnisme nuit à toute activité créative, mais ça c’est pour un autre article.

J’aime beaucoup ces trois citations:

  • «I’m writing a first draft and reminding myself that I’m simply shoveling sand into a box so that later I can build castles.» —Shannon Hale
  • «The first draft of anything is shit.» —Ernest Hemingway
  • «The first draft is just you telling yourself the story.» —Terry Pratchett

Ça déculpabilise, non? Ces citations font partie de celles que je copie sur la première page de mes cahiers. Avez-vous aussi votre petite réserve de citations motivantes?

Et vous, quelles sont vos stratégies?

Épinglez cette image sur Pinterest si vous avez trouvé cet article utile!

Stratégies pour NaNoWriMo

À lire aussi

3 Comments

  • […] À la fin du mois de septembre, je vous disais que je rédigeais un plan. […]

  • Crousti
    7 mois ago

    Merci pour cet article ! Ça rassure 😊
    Personnellement, j’écris tous les soirs quand je rentre du travail, pour finir par m’endomir sur mon ordi quand je bloque.
    Alors, parfois, j’écris une scène qui réveil mon intérêt, quitte à devoir la retirer après si elle n’a pas sa place…
    Je ne pense pas que ce soit LA méthode, mais mon imagination en a besoin pour continuer 🙂 parce que mes pensées veulent écrire quelque chose, mais mes personnages s’obstinent à m’imposer leur caractère, et ils me surprennent très souvent 😊
    Encore merci du partage, et bonne continuation 🌸

    • 7 mois ago

      Merci pour ton commentaire!
      En effet, parfois nos personnages ne veulent rien savoir d’aller là où on aimerait les guider. Je crois que c’est parce qu’au fond, on sait bien qu’il y a une incompatibilité avec ce qu’on avait prévu et ce qui est cohérent pour les personnages (:

Leave a Comment

Leave A Comment Your email address will not be published